Taiji de Wudang Partie 1 à 3

Classé dans : Articles | 0

Dans la rubrique multimédia Qi Cong, vous trouverez en vidéo les 3 parties du Taiji de Wudang que nous avons commencé à apprendre ou à approfondir.

Voici la forme complète avec quelques petites variantes :

Wudang Tai Chi Quan 28 – YouTube

Bonne révision !

Origine et explications de la Forme des 28 mouvements de Wudang (Tai Chi Quan 28).

La forme Taiji 28 est fondamentale au sein de la lignée Wudang San Feng. C’est cette forme qui introduit les novices aux aspects clés du Taiji et de la culture interne. Taiji 28, nommé 28 en raison des 28 postures dans la forme, est une forme moderne qui est une sorte de modèle simplifié de la traditionnelle qui était Taiji 108. Cette forme englobe toutes les principales caractéristiques du taiji des 8 Portes, des 5 Étapes et des 4 Raffinements.

Les quatre raffinements de la pratique du Taiji sont essentiels à l’amélioration de votre conscience interne. Ce n’est qu’à travers une orientation diligente et une formation engagée que l’on peut jeter les bases nécessaires pour développer une pratique correcte et profonde.  Cette forme est très bénéfique pour la santé émotionnelle, la souplesse du corps, l’acuité mentale, et même pour l’application en combat. Cependant, sous-jacent à toute pratique du Taiji est l’intention. Avec cette intention, nous devons d’abord former notre propre posture et apporter des corrections si nécessaire. En gardant cela à l’esprit, notre concentration dans notre posture de base, la position debout, assise et la pratique en mouvement, se fait en suivant ces règles générales : La tête est levée comme suspendue à une corde et le cou est détendu. La poitrine est vide et le haut du dos est plein tout en respirant profondément au niveau du Dantian. Les épaules et les coudes s’enfoncent devant le corps pour garder les mouvements enracinés. Hanches attirées et détendues avec le poids tombant à travers les talons des pieds.

Tout en maintenant ces fondamentaux tout au long de la forme, l’objectif est de développer une sensibilité à tout déséquilibre et lentement le corriger. La pratique vise à renforcer ce qui est faible et à adoucir ce qui est rigide. Au fil du temps, le pratiquant construit de meilleures habitudes et revient au corps et à l’esprit et à un juste milieu stable. C’est ici que se concrétisent les fondamentaux de notre alchimie interne.