La leçon de la sagesse taoïste

Classé dans : Articles | 0

Nos arts internes et externes par leurs philosophies peuvent nous aider à gérer du mieux possible cette période difficile et imprévisible.

Je vous propose cette maxime de Tchouang-tseu, grand maître taoïste qui a vécu au IVème siècle avant J-C : 

« Je descends avec les tourbillons et remonte avec les remous. J’obéis au mouvement de l’eau, non à ma propre volonté. C’est ainsi que j’arrive à nager si aisément dans l’eau. »

Le taoïste prend l’exemple d’un nageur qui veut traverser un fleuve. Il fait la traversée en accompagnant le flux et non pas en luttant contre les flots, ni en imposant sa volonté à la force du Réel. On appelle cela le non-agir, la doctrine qui est au cœur de la pensée taoïste. 

En ce moment nous vivons tous des évènements collectifs et personnels sur lesquels nous n’avons aucun contrôle. Le non agir nous permet de prendre du recul et donc de faire preuve de souplesse et d’adaptabilité. Le non agir ne signifie pas être passif mais de savoir ne pas chercher à tout prix à forcer la situation mais de nous adapter à elle en sachant lâcher prise (quitter le je veux, je peux) et à agir au bon moment quand cela devient favorable. 

Nos vies ont été bousculées ainsi que nos habitudes confortables, toutefois cela ne doit pas nous empêcher de vivre et surtout de bien vivre en sachant adapter nos modes de vie à cette nouvelle réalité en restant dans le mouvement de la vie et la fluidité. 

La seule permanence en ce monde est l’impermanence.